Monia Lyorit

Accueil

« Au commencement », je voulais être mime, pour ne pas parler… Le théâtre, les mots me semblaient difficiles. J’avais essayé… Dire mais que faire de son corps ? Quel chemin entre les deux ? Alors j’ai poussé la porte de l’École de Mime corporel d’Ivan Bacciocchi à Paris. J’ai appris que le mime rendait visible l’invisible mouvement de la pensée. J’ai aimé cela.

Plus tard, les liens entre le corps et la voix ont commencé lentement à s’ébaucher, se tisser pour moi. Du corps naissent les mots…Les émotions, les sensations y laissent leur empreinte qui jaillit dans la parole… C’est sur ce chemin que le conte est venu, sans que j’aie l’air de le choisir. Je me souviendrai longtemps de ce premier jour, de la première histoire que j’ai racontée… Un monde s’ouvrait soudain. Un monde dans lequel je pouvais utiliser à ma guise tout ce que j’avais appris (et ce que j’allais découvrir). Un monde où tout était possible. J’ai commencé à l’explorer, à y bâtir ma maison…

Et maintenant… Je raconte… Des paroles pour ouvrir la porte d’entrée d’un univers où tout peut arriver. Et tout arrive…

Ils ont dit :

« Très bon moment que celui passé en la compagnie de Monia Lyorit! Elle se détache du lot de par un vrai talent d’actrice qui la mène parfois au bord du dessin animé… Dès qu’elle entre en action, dans le clair-obscur de son décor très sobre, un simple rideau noir, un univers entier se déploie, on bascule dans la fantaisie débridée, sans toutefois quitter le monde du conte et sa part de sagesse. Il faut dire aussi que sur ce point, sa relecture de textes classiques, comme ceux de des frères Grimm, est particulièrement réussie et rafraichissante. »
Hugues Simard, Bibliothèque municipale de Viroflay – Décembre 2016

« Une conteuse captivante, drôle et pleine d’énergie. » – « Bravo! Voix, corps, chant, tout ça dans un petit corps de Piaf ! « – Livre d’or du Festival Contes d’automne 2016.

« A l’Opéra, nous connaissons bien Monia ! Elle a accompagné les musiciens de l’Onba dans le cadre de plusieurs spectacles de la programmation jeune public : représentations et tournée de La boîte à joujoux et Les contes de ma mère l’Oye ont remporté un joli succès.
Et depuis plusieurs années, nous raffolons de la visite contée que Monia a inventé pour faire visiter le Grand-Théâtre ! Le public est emporté par son histoire et ses personnages qu’elle incarne à merveille. Un très beau travail de comédienne, de conteuse et d’écriture qui réinventent avec magie et intelligence la visite de ce haut lieu du patrimoine. » Océane Dréanic – Opéra National de Bordeaux – Janvier 2017.

« En effet, ce qui me fascine toujours chez elle, c’est son énergie très « cartoon » lorsqu’il s’agit de présenter des personnages burlesques ou décalés…et j’ai pu voir un autre jeu lors du chant de Noël de Dickens…plus sombre, posé et proche de l’univers de l’auteur… » Claire Valgrès- L’Alpha d’Angoulême- Décembre 2015.

« Du mime au conte, Monia Lyorit a enchanté le public de la médiathèque [..] Une tenture noire, un tabouret blanc pour seul décor… Elle n’a pas besoin de plus.Cette artiste mime, danse, chante et les 120 spectateurs, adultes et enfants se laissent prendre [..]« – Le bonhomme picard- Novembre 2016.

« Subjugué par l’interprétation de cette artiste seule sur scène. [..]Le spectateur rit, souffre, est ému et applaudit à tout rompre l’actrice, et Maupassant, dont l’actualité est toujours présente et universelle« – La Montagne- Décembre 2016.

« Suspense et poésie ont été entretenus par Monia Lyorit grâce à sa mise en scène, ses bruitages qui ont tenu les enfants en haleine et ont fait travailler leur imaginaire. « – Sud-Ouest-  Mars 2016.

« Monia Lyorit et ses « petits contes cuisinés » étaient la dernière animation du programme de la Médiathèque de Saint-André-de-Cubzac. Samedi dernier, jour de la Saint-Nicolas, Monia a régalé les petits, et les grands aussi, avec ses contes et comptines aux petits oignons assaisonnés de bruitages.[..]Quand la comédienne conteuse a terminé son spectacle, rares sont ceux qui ne sont pas venus la féliciter, la remercier, la complimenter. « Ce qui est bien, c’est que c’est aussi pour les parents ! », commente une maman en partant. Comme le fait remarquer Armelle, directrice de la Médiathèque, « avec Monia, on était sûrs de ne pas se tromper ! », et il est vrai que le public la plébiscite à chacun de ses passages. D’ailleurs, le spectacle affichait complet encore cette fois-ci.« – Sud-Ouest- Décembre 2014.

 

Pour faire un zoom avant, maintenir la touche « Ctrl » appuyée et pressez la touche « + » autant que souhaitez.
Pour faire un zoom arrière, maintenir la touche « Ctrl » appuyée et pressez la touche « -«  autant que souhaitez.

zoom